Salon Nautique de Paris

A l’occasion du salon nautique de Paris, le projet Vogue avec un Crohn organisait une petite soirée de rencontre et d’échange avec les partenaires et les amis ! Un beau moment de partage et d’échange notamment autour du parcours de la prochaine édition qui vient d’être dévoilé !

Et justement le voilà :

24232749_1486748884747963_1656413178192129107_n.jpg

Un beau terrain de jeu avec des phases de large où il faudra être endurant et des passages techniques le long des côtes avec du courant et de nombreux pièges !

Le départ au Havre est une bonne nouvelle puisque c’est un plan d’eau que je connais très bien et que j’affectionne particulièrement. Partir en Normandie, c’est top, tant pour les partenaires que pour moi, facile d’accès depuis Paris et tout près de chez moi. C’est un facteur qui limitera le stress que de partir dans ces conditions.

Nous avons profité de la visite de mon partenaire titre, les Laboratoires Mayoly Spindler pour réaliser une petite interview et échanger avec les collaborateurs sur l’état d’avancement du projet.

IMG_2997.jpg

Merci à tous d’être venu ! C’est toujours super de se sentir soutenu et accompagné dans ce projet et de vivre cette belle aventure à vos côtés.

Découvrez également le dernier article paru dans la Lettre-Infos du Calvados Nautisme à propos du projet Vogue avec un Crohn :

Sans titre.png

A très bientôt,

Pierre-Louis

Entraînements d’hiver (et divers)

Depuis début novembre, les entraînements s’enchaînent à bord du Figaro n°64 Vogue avec un Crohn !

Des navigations de quelques heures devant le port aux entraînements trans-manche  sur 24h, le mois de novembre à été riche en navigations. De jour comme de nuit j’essaie de multiplier les sorties dans différentes conditions météorologiques. En parlant de conditions météo, il fait plutôt frais en cette période de l’année ! C’est surtout une fois le jour tombé que le froid se fait sentir, le pire étant la tranche horaire 3h – 6h du matin. Le point positif c’est que dans nos latitudes on aura rarement pire ! Alors on met quatre ou cinq couches sous la veste, un bon bonnet (sous oublier le petit collant de montagne) et on va affronter le froid.

Je commence à trouver mon rythme en terme de sommeil, je fais des petites siestes de 15 minutes maximum. L’arme secrète dans cette situation c’est le pouf en micro-bille 😉 Pas question d’utiliser les bannettes cadre à l’arrière du bateau, elles sont difficiles d’accès et bien trop confortables quand il faut ressortir ! Second avantage, en calant mon nouveau sommier de compétition entre la descente et la paroi ça me permet de dormir dans une position semi-assise et surveiller les écrans (vitesse du bateau, vent, AIS pour surveiller les autre bateaux). L’objectif de ces petites siestes est de se reposer assez pour récupérer sans tomber le sommeil profond pour autant, si non le réveil est très compliqué ! Alors pour être sûr de ne pas m’endormir trop longtemps je règle une alarme sur 15/20 minutes. Souvent j’ai l’impression de m’être à peine endormi que la puissante alarme me réveille et là pas ça ne traîne jamais, je bondi pour couper ce son strident qui est simplement insupportable ! Mais bon c’est le but me direz-vous. Un petit coup d’œil sur la cartographie de l’ordinateur et je sors pour régler les voiles et reprendre la barre.

23667715_243661682833061_1416692750677442560_n

La navigation jusqu’à l’Angleterre fut une bonne expérience, pour cette première tentative au large avec le bateau, j’embarque avec moi mon ami Yann qui joue le rôle d’équipier de secours. Il prend la barre quand je vais dormir et remplace le pilote automatique, ça me permet de prendre en main le bateau en confiance. Si jamais il y avait un soucis nous serions deux à pouvoir intervenir. Un confort que je ne m’autorise que pour les premiers entraînements car le jour J, je serai seul à faire face aux possibles imprévus.

En parlant d’imprévus la dernière navigations du 25 novembre fut riche en émotions :

Départ à 3h30 du matin du port de Deauville en direction de Fécamp. Les prévisions météos sont plutôt bonnes et annoncent 15-20 nœuds de vent. Je sors donc avec le bateau confiant avec la grand-voile haute et le génois (voile d’avant), c’est à dire avec la plus grande surface de voiles possible (sauf le spi qui ne s’utilise que quand le vent vient de l’arrière). Après une heure de navigation l’horizon semble bien sombre et j’aperçois des éclaires au large. Bon, rien de dramatique c’est assez rare d’être frappé par la foudre si près de la côte d’autant plus qu’il y a des cargos autour de moi dont l’antenne est plus haute et plus susceptible d’attirer la foudre que mon mat. Le vent monte à une vingtaine de nœuds conformément aux fichiers météos, je continu donc ma route sans m’en inquiéter.

Soudainement une rafale plus violente que les autres fait gîter le bateau qui devient difficile à barrer et se met à lofer (se rapproche du vent). La mer blanchit et l’anémomètre (instrument en haut du mat qui donne la vitesse du vent) grimpe en flèche. 25… 30… 35…. 38 nœuds de vent. Bon déjà il faut changer de voile d’avant qui est trop puissante pour ces conditions, je me met donc dos au vent et branche le pilote automatique. Le bateau prend de la vitesse et dévale les vagues à 13 ou 14 nœuds (25 km/h). Pas de temps à perdre, je m’attache à la ligne de vie (une sangle qui longe le bateau et empêche de tomber à l’eau) et me dirige rapidement vers l’avant du bateau. A ce moment ça commence à être très humide à l’avant avec le bateau qui plante dans les vagues et le pont se transforme en machine à laver. En descendant le génois celui-ci prend le vent et m’échappe des mains. Avec la pression la voile se retrouve à l’eau en arrachant une partie du tuffluff (partie sur laquelle on arroche les voiles d’avant). Il faut donc remonter la voile à bord, exercice compliqué dans ces conditions, c’est donc mètre par mètre que je récupère la voile en la plaquant sur le bateau. Une fois celle-ci de nouveau à bord, je l’attache à l’aide d’un élastique prévu à cet effet et retourne reprendre la barre. Je réduis la grande voile et met le cap sur le port du Havre où je décide d’aller me mettre à l’abri. Un dernier instant de rodéo en arrivant au port devant lequel les vagues sont bien formées et je peux enfin faire un petit peu de rangement.

Après analyse, ce coup de vent qui aura duré une heure était le résultat d’un front orageux qui n’était pas annoncé et qui m’aura offert mon premier coup de vent à bord du bateau. Les dégâts sont superficiels et cette expérience m’aura permis de mieux appréhender les choses quand le vent monte et de prendre confiance dans ce bateau qui peut encaisser de la mer et du vent, à condition de ne pas avoir trop de surface de voiles ! 😉

Les entraînements continuent tout au long de l’hiver et les expériences vont se multiplier !

Prochainement, présentation du projet Vogue avec un Crohn aux côtés de mon partenaire Mayoly Spindler à l’occasion du salon nautique !

A bientôt,

Pierre-Louis

Baptisé !

Samedi 30 septembre, je rentre le bateau dans le Vieux-Bassin de Honfleur avec l’ouverture du pont de 8h30. Aujourd’hui est un grand jour, c’est le baptême du bateau sur lequel je disputerai la prochaine Solitaire du Figaro !

Le week-end du 30 septembre/1er octobre c’est la Fête de la Crevette à Honfleur ! La vielle ville renoue avec son patrimoine maritime et propose des nombreuses activités et événement autour de la mer et de la pêche. C’est pourquoi nous avons décidé, avec le Cercle Nautique de Honfleur, de choisir cette date pour le baptême du bateau. Le but est d’inviter le grand public à découvrir le projet Vogue avec un Crohn mais aussi la course au large, une discipline souvent réservée aux passionnés.

Après avoir passé la journée à nettoyer et préparer le bateau en vue du baptême, le grand moment est déjà arrivé. A 18h30 le public se réunit sur le quai pour assister au baptême. Les amis, les membres du CNH, les partenaires, les officiels, tout le monde a joué le jeu, vu du bateau c’est assez impressionnant à voir ! Ce sont les représentants de la mairie de Honfleur, des sports et de la culture, qui se chargent de l’ouverture et qui souhaitent la bienvenue au public. Audrey Gadenne, Conseillère départementale du Calvados chargée du Nautisme, représente le Département du Calvados qui soutient mon projet depuis le commencement.

 

IMG_2245.JPG

 

C’est ensuite au tour de Pierre Breton, Président du CNH de prendre la parole, il rappel mon parcours, les missions du Cercle Nautique de Honfleur et remet officiellement le don du club au projet avant de me passer la parole.

L’objectif de cet événement est également de présenter le projet Vogue avec un Crohn au grand public, je prends donc la parole pour expliquer le projet, son avancement et bien sur les partenaires qui m’accompagnent. Comme vous le savez j’ai tendance à parler beaucoup, surtout quand le sujet me tiens à cœur ! 😉

 

IMG_2269.JPG

 

Le moment tant attendu arrive à grands pas ! Après avoir parlé de mon projet, je présente Frédéric Gravel, mon premier moniteur de voile à l’époque où je naviguais au Pôle Nautique de l’Estuaire de la Dives. J’ai demandé à Frédéric d’être le parrain de mon bateau et de mon projet, lourde responsabilité qu’il a accepté.

 

IMG_2295.JPG

 

La tradition marine veut qu’au moment du baptême le parrain casse une bouteille de champagne sur la proue du bateau afin de lui éviter la malchance, les avaries et de lui souhaiter bonne chance. Seulement, la tradition dit également que si la bouteille ne casse pas du premier coup c’est très mauvais présage pour le marin et son bateau. Dans le monde des marins, même chez les sportifs, on prend cette croyance très au sérieux ! En bateau on dit même : « Je ne suis pas superstitieux, ça porte malheur » !

Finalement elle a cassée ! Ouf ! C’est dans un grand soulagement que je remercie Frédéric ainsi que l’ensemble des présents. La cérémonie du baptême est accomplie et je peux maintenant prendre la mer sereinement 😀

 

thumbnail_20170930_190409_resized_1

 

Retrouvez la vidéo du moment fort du baptême :

 

Un grand merci à tous ceux qui se sont déplacés pour assister au baptême du bateau, c’était un vraiment un grand moment d’émotion et je suis très heureux d’avoir vécu cet instant à vos cotés. Merci aux partenaires qui rendent possible cette belle aventure, merci aux amis qui sont toujours présents pour m’aider, merci aux membres du CNH qui ont participé à l’organisation du baptême et bien sur merci à vous !

A bientôt,

Pierre-Louis

Première régate et entraînements

Après un convoyage mouvementé le bateau est bien arrivé au port de Honfleur où il est amarré depuis deux semaine.

A peine arrivé il est déjà temps de disputer la Régate de l’Estuaire Entreprises et Commerçants du Cercle nautique de Honfleur !

Samedi 16 septembre, à bord du Figaro n°64, l’équipe Mayoly Spindler/Topicrem se prépare pour la journée de régate. Une bref rencontre avec l’équipage juste avant le briefing et il est déjà temps de larguer les amarres et de prendre l’écluse pour s’aligner sur la ligne de départ. Objectif du jour : Se faire plaisir, prendre le bateau en main et surtout ne rien casser !

DJ1eoFAW0AEho1-.jpg

La première manche qui nous emmenait vers le large avec une dizaine de nœuds de vent, fut relativement simple et courte. En revanche, comme nous naviguions au près (en remontant au vent), il faut souvent virer de bord et donc changer de côté. Le bateau est large et parfois la manœuvre a des côtés acrobatiques ! On passe la ligne d’arrivée aux alentours de midi et débute une longue attente. En effet il faut attendre que tous les bateaux finissent le parcours et les écarts de temps de course sont considérables. Jusqu’ici la météo, qui annonçait un vent très faible et des précipitations toute la journée, ne paraissait pas très fiable puisque nous avions eu une légère brise et un grand soleil.

En attendant le départ de la deuxième manche, on en profite pour réaliser quelques images avec Juliette, responsable de la communication média sur le projet chez Mayoly et pour échanger avec les collaborateurs venus naviguer à bord. Après plus d’une heure et demi d’attente le vent et bel et bien tombé et la seconde manche s’annonce compliquée : Ça sera du portant (le vent vient de derrière) et nous n’avons qu’un petit spi à bord… Dans ces conditions pas facile de faire avancer le bateau, nous sommes 6 à bord et nous avons du mal à lancer le bateau. On tentera une option stratégique pour s’abriter du courant qui vient de face en navigant au Nord de la Seine. L’option semble payante mais notre déficit de surface de voile se faire sentir et nous savons que le classement sera mitigé.

DSC08600.jpg

Une fois rentrés au port, tout l’équipage se retrouve aux greniers à sel de Honfleur où a lieu la remise de prix et l’annonce des classements. Comme prévu on s’en sort avec une 17ème place qui nous place au milieu du classement. Même si on aurait aimé une meilleure place au classement général cette première régate en Figaro restera une très belle expérience. Merci et bravo aux collaborateurs Mayoly Spindler/Topicrem pour leur motivation, leur bonne humeur et leur énergie ! Ce fut un vrai plaisir de naviguer avec eux et de partager cette belle journée sur l’eau.

Découvrez prochainement le résumé complet du baptême du bateau qui a eu lieu samedi 30 septembre !

 

 

NaVLog 2 : Convoyage Granville Honfleur

En début de semaine c’était cap sur le port de Granville pour ramener le bateau sur lequel je disputerais la prochaine Solitaire du Figaro !

Découvrez le NaVLog n°2 qui illustrent cette première navigation 😉

Vogue avec un Crohn – NaVLog 2 : Convoyage Granville Honfleur

Rendez-vous dans quelques jours pour un article complet sur cette semaine !

En attendant lisez l’article paru dans Ouest France Granville : http://bit.ly/2fhwLqP

 

J -10 !

Mercredi 23 Août, c’était virée Granvillaise :

14h30 : On prend la route avec Arthur, qui navigue en J80 avec moi depuis quelques années, cap sur… Granville ! Pourquoi donc ? Parce que le bateau sur lequel je vais courir la prochaine Solitaire URGO – Le Figaro s’y trouve !

16h30 : Deux heures de Modus plus tard nous arrivons sur le port de Granville et Tadaaa.. Il est là ! Posé sur son ber, tout juste rendu par l’ancien locataire et déjà en préparation de la saison à venir. Il fait tout blanc vu comme ça mais une fois qu’il aura revêtu les couleurs des partenaires il aura fier allure ! 😉

fig

On rencontre Nicolas qui nous fait faire le tour du propriétaire et on s’organise pour le convoyage du bateau direction Honfleur.

Objectif : Etre au départ de la Régate des Entreprises de Honfleur le 16 Septembre avec l’équipe de Mayoly Spindler et TOPICREM !

En prime un article parut dans le Pays-D’auge au sujet du projet, de sa progression et des partenaires :

article Pays-D'auge 22-09-2017

Ainsi que le premier article à propos du projet sur le site de la Solitaire :

http://www.lasolitaire-urgo.com/news/view/la-solitaire-urgo-le-figaro-2018-accueillera-pierre-louis-atwell

Rendez-vous dans 10 jours pour la réception et le convoyage du bateau !

 

Voiles (de Figaro) en vue !

La saison d’Ecole de Voile bat son plein et les nouvelles se font plus rares mais les choses progressent vite 

IMG_0851.jpg

Une petite photo de nos sorties, encore en J80, estivales !

 

Plus que 3 semaines avant l’arrivée du bateau à Honfleur  Evidemment j’ai hâte de pouvoir commencer à naviguer avec le bateau et de pouvoir commencer à m’entraîner en vue de la Solitaire ! 

Le bateau disputera le 16 septembre la Régate des Entreprises du Cercle Nautique Honfleurais, l’occasion d’une première régate sous les couleurs des Laboratoires Mayoly Spindler, partenaire titre du projet ! Ce sera une belle occasion de naviguer sous les couleurs de nos partenaires et de présenter le projet lors de la soirée de remise des prix.

Et taaaadddaaaaa ! Découvrez le tout nouveau design du bateau dans son état actuel, un travail signé Paul Arrial qui assure la partie graphisme et photographie de l’aventure 

 

design figaro

Comme annoncé lors du crowdfunding, 10% de la somme récoltée est reversée à l’Afa Crohn RCH France pour la lutte contre les Maladie Inflammatoires Chroniques de l’Intestin ! Ce n’est qu’une maigre contribution mais c’est un honneur de prendre part à ce combat 

Merci à vous tous d’être chaque jour plus nombreux à suivre cette grande aventure ! 

A bientôt,

Pierre-Louis